Histoires des races

Voici l'histoire des différentes races de Vidako. Ces historiques ne reflète pas la vérité absolu, mais sont l'interprétation faite par les différentes civilisations.

Histoire samako
Je me nomme Drassa. En tant que Grand Maître Tatoueur Samako, il est de ma responsabilité  de vous instruire sur les origines de notre monde. Voici donc notre histoire.

Les origines
Le LézarDieu, être tout puissant qui a toujours existé et qui existera toujours, créa Vidako à partir de sa chair. Grâce à son sang, il fit pousser la végétation. Avec l'étincelle dans ses yeux, il créa le soleil pour nous réchauffer et les étoiles pour nous guider. Il fit ensuite venir les animaux qu'il dispersa un peu partout sur Vidako. Puis vint le temps de sa création ultime, les Samakos, qu'il créa avec sa peau divine. Dans sa grande bonté, le LézarDieu leur enseigna les rudiments de la terre et de la faune, leur montra comment apprivoiser les animaux, comment fabriquer les outils nécessaires à leur survie et les pouvoirs du tatouage. Tous les samakos suivaient les enseignements du LézarDieu et s'entraidaient entre eux, ils formaient une communauté homogène qui vivait en accord avec la nature. Le monde était parfait.

Le défi
Constatant la perfection de sa création, le LézarDieu décida de mettre au défi les samakos. Avec une de ses écailles, il créa les liskos, une race inférieure, et donna pour mission aux samakos d'enseigner leurs connaissances à cette race moins intelligente pour la faire évoluer dans la bonne direction. C'est alors que le LézarDieu quitta le monde avec la promesse de revenir lorsque les liskos auraient atteint la perfection des samakos.

Pendant des centaines d'années, les samakos tentèrent d'inculquer leurs connaissances aux liskos. C'est derniers avaient un esprit si peu développer qu'ils avaient peine à apprendre à parler. De plus, leur tempérament violent et agressif rendait la tâche pratiquement impossible. Je me rappelle très bien de cette époque: nous avons dû réduire à l'esclavage des centaines de liskos dans l'espoir de pouvoir leur inculquer une certaine forme de civilité. Malheureusement, plusieurs liskos réussirent à s'échapper et s'enfuirent dans la forêt. Nous aurions dû éliminer ses renégats sur le champ, mais la grande bonté de notre peuple nous empêchait de commettre un tel acte… nous le regrettons encore à ce jour.

La vengeance
Alors qu'on tentait d'élever le niveau de conscience des liskos encore sous notre contrôle, les rebelles qui s'étaient évader dans la forêt se regroupèrent et, utilisant des armes que nous avions nous même fabriquées pour chasser le gibier, ils nous attaquèrent par surprise et sans pitié. La violence de leurs attaques reflétait parfaitement leur esprit tordu et pervers. Notre communauté a dû se disperser pour échapper à l'extermination, mais les liskos n'abandonnaient pas. Ils nous ont poursuivis jusqu'aux limites de la terre centrale que nous avons dû fuir à l'aide d'embarcations de fortune.

Nous nous sommes établis sur l’île trouée et sur ce qui s’appelle aujourd’hui l’île morte. Ne sachant pas naviguer sur la mer, les liskos nous laissèrent en paix pendant des dizaines d’années. Ceci nous permis d’établir notre communauté sur ces deux îles et de vivre des temps d’abondance et de paix. Nous avons mis de côté notre échec avec les liskos allant même jusqu’à pratiquement oublier leur existence. Malheureusement, eux ne nous avaient pas oublié. Leur soif de vengeance était insatiable.

Le massacre
Venus sur de grands radeaux, ils débarquèrent en plein cœur de la nuit, armés jusqu’aux dents. Le massacre fut total; quelques centaines de samakos seulement ont réussi à y survivre. Traqués comme du gibier, nous nous sommes réfugiés dans une profonde grotte sur l’île morte. En nous aventurant toujours plus profondément dans cette grotte, nous sommes tombés sur un village contenant des technologies inconnues. Des objets qui émettaient des signaux lumineux et sonores bizarres. Aujourd’hui il est facile pour moi d’affirmer que cette technologie était d’origine humaine et que cela prouve qu’ils avaient déjà vécu sur notre planète bien arrivée catastrophique, mais c’est une autre histoire. Quelques uns d’entre nous ont réussi à faire fonctionner des éléments de cette technologie qui ressemblaient à des armes. Nous nous sommes donc bâtit un refuge et nous avons attendus notre ennemis. Cette fois nous étions prêts.

La catastrophe
L’affrontement a été sanglant. Nous avons réussi à repousser les liskos en dehors de notre grotte et nous avons même commencé à les pourchasser de plus en plus loin. C’était notre chance d’éliminer cette race impie et nous n’allions pas la rater. C’est à ce moment que la catastrophe s’est produit. Une sorte d’explosion qui a fait trembler le sol un long moment et remplie l’air de poussière. Tout ce dont je me rappelle est d’avoir fuit jusqu’à trouver la mer et d’avoir nagé jusqu’à l’épuisement.

Je me suis réveillé sur la plage de l’île trouée, entouré de quelques samakos qui avaient subit le même sort que moi. Personne ne sait ce qui s’est vraiment produit, mais c’est à partir de ce moment que l’île morte est devenue ce qu’elle est : une île où une brume permanente est installée et où des créatures de l’ombre sont prêtes à vous massacrer à tout moment. C’est aussi à partir de ce moment que les liskos ont cessé de nous pourchasser. Ils sont retournés sur le continent central et se sont contentés de nous empêcher d’y retourner. Notre civilisation s’est donc étendue sur les îles périphériques du continent, même sur la ceinture de feu. Chacune des îles abrite une tribu samako dirigée par un grand maître. Les tribus sont divisées en quelques clans nomades qui errent sur leur territoire alors que le grand maître habite dans un village fixe.

Le météore
Les grands maîtres de chaque tribu se rencontrent quelques fois pour veiller à la bonne entente et à l’entraide entre tribus. Nous avons donc vécu ainsi pendant plusieurs milliers de lunes, jusqu’à la tombé du météore. Je parle évidemment de l’arrivé des humains. Nous les avons d’abord observés de loin car leur alliance avec les liskos nous a beaucoup inquiétés. Par contre, lorsque la guerre entre les deux civilisations a éclaté, nous avons saisi l’occasion pour entrer en contact avec les humains. Notre alliance a vite pris forme, les humains ayants un urgent besoin de ressources naturelles et nous de leur technologie pour reconquérir le continent central. Je suis convaincu qu’avec leur aide, la menace lisko sera définitivement anéantie.


Histoire lisko

Je sais que vous croyez que je suis un vieux sénile qui radote toujours les mêmes histoires, mais c’est le lot des sages d’endurer les insanités des jeunes impudents. L’histoire que je vais vous raconter est celle de notre peuple. Elle a été transmise de génération en génération par les plus sages d’entre nous.

Les origines
Le LézarDieu, être tout puissant qui a toujours existé et qui existera toujours, créa Vidako à partir de sa chair. Grâce à son sang, il fit pousser la végétation. Avec l'étincelle dans ses yeux, il créa le soleil pour nous réchauffer et les étoiles pour nous guider. Il fit ensuite venir les animaux qu'il dispersa un peu partout sur Vidako. Puis vint le temps de sa création ultime, les Liskos, qu'il créa avec sa peau divine.

Le défi
Pour prouver la perfection des liskos, le LézarDieu décida de les mettre au défi. Il créa les samakos, des barbares ignobles et cruels et il fit en sorte que les liskos soient leurs esclaves. Le LézarDieu dit à nos ancêtres liskos que lorsqu’ils s’affranchiraient de leurs bourreaux samakos, il reviendrait leur donner des pouvoirs divins. Puis il quitta Vidako.

La torture
Les samakos ont brutalisé les liskos pendant des milliers de lunes. Ils les torturaient, leur faisaient faire des tâches ingrates. Les empêchaient de se rassembler, de parler leur propre langue, de se détendre d’une quelconque façon. Puis, petit à petit, quelques liskos ont réussi à gagner la confiance de ces imbéciles de samakos. Ils ont alors appris à manier les armes et à chasser pour les samakos. C’est à ce moment qu’Asirekor Etaekor se manifesta. C’est le plus grand guerrier lisko de tous les temps. Pendant ses périodes de chasse, il cachait des armes et enseignait aux autres liskos comment se battre. Quand la majorité des liskos ont été prêts à se battre, Asirekor Etaekor mis son plan à exécution. Il a aidé plusieurs liskos à s’évader dans la forêt, puis il leur a donné les armes qu’il avait cachées.

La délivrance
Le retour d’Asirekor Etaekor et de son armée chez les samakos fut à la hauteur des tortures que les liskos avaient endurées toutes ces années. Le massacre fut total. Les samakos qui ont survécu ont pris la fuite sur des bateaux et ont disparu dans la mer. Tous les esclaves liskos ont été libérés et notre civilisation a enfin pu s’épanouir.

La vision
Les liskos se sont établis sur la terre sublime. Un endroit parfait : climat idéal et nourriture omniprésente. Il ne restait plus qu’à attendre le retour de LézarDieu. La population augmentait rapidement et à la mort d’Asirekor Etaekor des tribus se formèrent, tout cela dans la plus grande harmonie. Les années passèrent. Des liskos habitaient maintenant un peu partout sur la terre centrale, mais toujours aucune nouvelle de LézarDieu. Aucune nouvelles, jusqu’à ce que le grand prêtre Gwyk Kaleg eu une vision. Des samakos vivaient toujours sur les îles entourant la terre centrale. Le LézarDieu ne reviendrait pas tant que les samakos vivraient.

La vengeance
Nos ancêtres ont donc construit d’immenses radeaux et sont partis à la conquête des îles. L’attaque a été une réussite. Une surprise totale pour ces connards de samakos, surtout que c’était pendant la nuit. Des milliers de morts du côté de ces barbares et seulement quelques dizaines pour les liskos. Malheureusement, quelques individus samakos ont survécu et se sont réfugiés, comme des rats, dans une immense caverne.

L’arme ultime
Ce qui s’est passé par la suite, seul les samakos le savent. Gwyk Kaleg a ordonné à l’armée lisko d’entrer dans la grotte pour en finir une fois pour toute avec ces vermines et c’est à ce moment que la catastrophe s’est produit. Une explosion d’une violence extrême a fait trembler le sol et remplie l’air de poussière. Des milliers de liskos, dont Gwyk Kaleg , sont morts à ce moment et les autres ont pris les radeaux pour regagner la terre centrale. On n’a jamais su ce qui c’était passé à ce moment.

Les guerres fratricides
Une fois revenu sur la terre centrale, quelques chefs de tribus ont accusé Gwyk Kaleg de traîtrise alors que d’autres défendaient la mémoire du grand prêtre et rejetaient la faute sur une alliance des samakos avec les démons. Cette dissension a provoqué des guerres tribales qui ont engendré la séparation de la terre centrale entre les différentes tribus. Les liskos ont cessé de chasser les samakos car ils étaient trop occupés à s’entre-tuer.

Le météore
Des milliers de lunes passèrent sans atténuer ces guerres fratricides, puis le météorite tomba. Les humains et les mutants venaient d’atterrir sur notre planète. Nos ancêtres les ont d’abord observé de loin, et voyant bien que ces êtres inférieurs étaient complètement démunie, ils les ont aidé à survivre et à s’établir sur notre planète, allant même jusqu’à leur donner un territoire et leur indiquer où trouver les matériaux nécessaires à leur technologie. Ils les ont aidé à bâtir Eden, leur ville minable, et quelques liskos insouciants ce sont même accouplé avec des mutants, créant une nouvelle race, les peturis. Tout cela pouvait être pardonné si les humains nous aidaient à éliminer les maudits samakos…

La trahison
Je me rappelle très bien la fête que les humains ont organisé pour nous remercier. Ce devait être grandiose, et nous sommes tomber dans le piège sans nous méfier. On était tous réunis dans la plaine près d’Eden et les humains nous ont attaqué avec leurs armes de destruction sataniques. Évidemment, comme c’était une fête, aucun lisko n’était armé. Ca été le massacre pour notre race. Je me demande encore comment j’ai pu survivre. Comme vous pouvez le deviner, les samakos étaient derrière cette attaque. Ils ont convaincu les humains de nous exterminer… Maintenant vous savez ce qu’il vous reste à faire. Éliminer les humains et les samakos, alors le LézarDieu vous récompensera sans fin.


Histoire humaine
Paix sur la terre
En l'an 2200 après Jésus-Christ, la race humaine vivait une grande ère de paix. La compagnie Mithala exerçait un contrôle économique, juridique et médical partout sur la terre, à la grande satisfaction de tous. Le réseau Medianet permettait à tout le monde de communiquer efficacement peut importe où il se trouvait sur la terre. La génétique sauvait des vies et des droides assuraient la sécurité de toute la population terrienne. L'exploration spatiale était poussée à son maximum pour contrer le manque de ressources naturelles. Tout allait pour le mieux.

Grand vide
En l'an 2215 l 'impensable arriva. Toutes les équipes d'exploration interstellaire perdirent contacte avec la terre. Des éclaireurs revinrent donc vers leur planète natale pour découvrir que cette dernière s'était complètement volatilisée, la planète entière et la lune, son satellite naturel. À ce jour, aucune explication n'a encore été trouvée pour justifier ce phénomène. Les différentes équipes d'exploration spatiale se réunirent donc pour établir un plan de match et assurer la survie de la race humaine dont la population ne s'élevait maintenant qu'à quelques milliers d'individus. La décision fut prise de mettre le cap sur une planète jugée habitable: Glièse. C'était le début d'une nouvelle ère: l'an 0.  

Station ultime – Années 0 à 30
Avant de partir, les humains entreprirent la construction d'une gigantesque station spatiale qui leur permettra de survivre pendant tout le voyage vers Glièse qui devra durer environ 400 ans. Ils se servirent des stations et des navettes déjà existantes pour construire un énorme vaisseau mère qui pouvait abriter et subvenir aux besoins de toute la population humaine. L'oxygène était généré par des plantes expérimentales et de l'hydrogène était créé par des bactéries. Cet hydrogène servait à propulser le vaisseau et sa combustion créait l'eau nécessaire à la survie de l'espèce. Le voyage vers la terre promise avait débuté. 

Changement de garde – Années 30 à 110
La population vieillissait rapidement à bord du vaisseau mère. Malgré les miracles de la médecine et de la génétique, le nombre de naissances peu élevé ne suffisait pas à combler le nombre de décès. Après seulement 50 ans de voyage, la population humaine avait chuté de plus de la moitié. La majorité des travaux étaient maintenant exécutés par des droides intelligents. On s'en remettait même à eux pour prendre des décisions importantes. Après 80 ans de voyage, aucun terrien ne vivait plus sur le vaisseau. Tous les humains qui s'y trouvaient étaient des enfants de l'espace.  

Nouvelle destination – Années 110 à 250
Plus les années passaient et plus les humains se demandaient pourquoi ils se dirigeaient vers la planète Glièse. Après tout, la vie était agréable sur le vaisseau mère. On ne manquait de rien, les droides s'occupaient de tout. La population baissait encore, mais beaucoup plus lentement et on créait maintenant des cyborgs (mi-machine, mi-humain) pour compenser cette diminution. Les droides, qui étaient en charge de toute la mission humaine, perçurent rapidement ce doute dans l'esprit humain ce qui les incita à annuler le voyage vers Glièse. Ils mirent alors le cap sur une planète inhabitable où l'hydrogène, très abondant, subviendrai aisément à leurs besoins énergétiques.  

Soulèvement – Année 250
Contre toutes attentes, la population humaine se rebella contre les droides et parvint à les éliminer un à un en trafiquant leur source énergétique. Ils éjectèrent ensuite tous les droides inanimés dans l'espace. La conception de droides et de cyborgs fut interdite et les humains reprirent le contrôle de leur vaisseau. Plus jamais ils ne laisseraient leur destin entre les mains de robots. 

Forte résolution – Années 250 à 325
Les humains étaient maintenant plus résolus que jamais à atteindre leur destination. Ils nommèrent un commandant et adoptèrent une structure hiérarchique militaire. Chaque personne avait son rôle à jouer. Rien n'était laissé au hasard. La natalité fut grandement valorisée et le taux de naissance augmenta beaucoup. On commençait même à préparer l'arrivée sur Glièse.

Génétique et technologie – Années 325 à 420
Le vaisseau mère se rapprochait de plus en plus de sa destination. Les chercheurs pouvaient maintenant en apprendre beaucoup plus sur Glièse: la planète était effectivement viable pour les humains, mais la grande densité de l'air et la gravité accrue seraient des problèmes. Les humains ayant passé des générations dans un environnement contrôlé où la gravité n'existait pas, leur corps était devenu plutôt faible. Deux avenues furent alors envisagées et développées pour contrer ce problème: la génétique et la technologie. Les généticiens commencèrent à développer une race qui serait parfaitement adaptée à la nouvelle planète et qui pourrait s'accoupler avec les humains. Les ingénieurs eux élaborèrent un émulateur: un appareil de forme humanoide qui reproduisait fidèlement les gestes de l'humain qui le contrôlait. Les humains pourraient ainsi effectuer des travaux sur la planète sans sortir du vaisseau.  

Écrasement – Années 420 à 430
Tout était près pour l'arrivée sur Glièse. Les humains recevaient régulièrement de la formation intellectuelle et psychologique en vue du grand jour. La race mutante créé génétiquement comptait quelques dizaines d'individus qui étaient très bien intégrés à la population humaine et les émulateurs fonctionnaient à merveille. Le plan d'action consistait à entrer en orbite autour de la planète et à envoyer des éclaireurs dans de petits vaisseaux d'exploration. La réalité fut tout autre. Lorsque le vaisseau mère arriva en orbite autour de Glièse, la force gravitationnelle plus importante que prévu dévia sa trajectoire et un champ magnétique important dérégla les instruments de bord et coupa les moteurs. Le vaisseau mère alla s'écraser sur la planète.  

Survie – Années 430 à 431
Grâce au talent de pilotage du commandant du vaisseau mère, les pertes humaines ne se limitèrent qu'à quelques centaines, bien que le vaisseau fut lourdement endommagés. Avec une force de caractère incroyable, la communauté humaine s'organisa et s'installa sur sa nouvelle planète. Malgré la forte gravité qui affectait grandement leurs déplacements et leurs efforts, les humains bâtirent un abri dans les décombres du vaisseau mère. Les mutants quant à eux n'étaient nullement affectés par leur nouvelle environnement. Ils évoluaient aussi bien dans la végétation luxuriante que dans le campement humain. C'est grâce aux mutants qui chassaient et cueillaient des fruits que les humains ont pu survivre à cette période d'adaptation intense. 

Eden – Années 431 à 490
La race humaine n'était cependant pas la seule forme de vie évoluée sur cette planète. La quête de nourriture des mutants les poussaient à s'aventurer toujours plus loin du campement humain. Les mutants prenaient même plaisir à explorer le territoire et établir de petits camps de base un peu partout dans la forêt. Ce sont donc eux qui rencontrèrent les liskos en premier. Les hommes-lézards furent très accueillant envers leurs visiteurs. Ils aidèrent les humains à mieux s'établir, leur enseignèrent de nouvelles tactiques de chasse tout en leur faisant connaître les plantes comestibles. Ils leur montrèrent même des endroits où extraire les métaux nécessaires au développement de leur technologie. Les lisko semblaient fascinés par la technologie humaine, mais aussi très craintifs face à son utilisation, malgré le bon vouloir des humains à partager cette dernière. Avec l'aide des mutants et des liskos, les humains bâtirent une ville à environnement contrôlé sur les ruines de leur vaisseau mère. À l'intérieur de cette ville, ils pouvaient se déplacer comme s'ils étaient sur la terre: la gravité, la température et l'humidité y étant maintenus de façon artificielle. La ville d'Eden venait d'être fondée, et en même temps qu'elle, les premiers hybrids voyaient le jour, résultat de l'union physique entre humains et mutants.  

Guerre des races – Années 490 à 540
Lors d'une grande fête organisée par les humains pour remercier leurs hôtes liskos de l'aide qu'ils leur avaient donnée depuis toutes ses années, l'impensable survint. Les liskos attaquèrent les humains de manière sauvage et sanglante. Des centaines d'humains perdirent la vie lors de cette attaque surprise. Le reste des humains se réfugia à Eden. Une guerre raciale venait d'être déclarée: humains contre liskos. La plupart des mutants et des hybrids qui n'habitaient pas Eden tentèrent de rester neutre, mais certains rejoignirent le camp des liskos, ce qui donna naissance à la race des peturis, mi-mutant, mi-lisko. Grâce à leur technologie, les humains réussirent à défendre leur ville et à protéger un certain territoire autour de celle-ci, mais les liskos étaient de vaillants combattants et les ressources naturelles nécessaires à la technologie humaine étaient difficiles à trouver. La recherche de nouvelles sources de métaux étaient une priorité pour les humains. Heureusement les samakos apportèrent une aide inattendue aux humains. Cousin éloignés des liskos, les samakos, fascinés par la technologie, s'allièrent aux humains contre les liskos.   

Avenir – Années 540+
L'avenir est tout ce qu'il y a de plus incertains pour les humains. Ils ont réussi à sécuriser la ville d'Eden et ont établi des postes de gardes sur leur territoire. Ce territoire a été nommé Forêt Maudite par les liskos. Puisque les ressources nécessaires aux développements technologiques humains se font rares, cela limite grandement leur adaptation à la planète Vidako, comme l'appelle les liskos. Les conditions gravitationnelles et environnementales nuisent beaucoup aux déplacements et aux télécommunications. Les liskos mènent régulièrement des raids contre les installations humaines tel les mines et postes de gardes. Les groupes d'explorateurs humains sont toujours en danger, même dans la forêt maudite. Les mutants ont établi de petits villages dans plusieurs régions de la planète, mais leur allégeance aux humains ou liskos reste volatile. Les samakos sont toujours de bons alliés. Leurs connaissances du territoire est d'une grande aide, mais ils ne sont pas assez nombreux pour faire le poids contre les liskos. Bref, rien n'est moins certain que l'avenir de la race humaine sur Vidako. Surtout que les humains du monde interstellaire viennent tout juste de redécouvrir Gliese (Vidako) et cherche un moyen d'entrer en contact avec les habitants de cette planète. Leurs tentatives se sont soldées en échec à cause du champ magnétique planétaire.


Histoire shamani

L’histoire que vous voyez gravez sur les murs de ce temple est celle d’une civilisation en perdition qui tente de réparer les tords qu’elle a causé à la planète qui l’a mise au monde. Cette histoire s’étend sur plusieurs centaines de millier d’années. Aucune date n’est mentionnée car tout système de datation est subjectif et sans réel importance. Avant de commencer, voici quelques généralités admises par la civilisation shamani.

Les dieux n’existent pas. Des êtres supérieurs existent bien, mais ce statut est accessible à tous et est loin d’être divin. Le temple dans lequel vous vous trouvez n’est pas dédié à un dieu. Il se veut le témoin de l’évolution d’une civilisation qui veut éviter que les erreurs qu’elle a commise soient répétées.

Un seul univers existe. Le concept d’univers parallèle est faux. Quelques endroits dans l’univers peuvent se révéler être difficile d’accès par les voies dites normales, mais ils n’en restent pas moins accessible.

Les voyages dans le temps sont impossibles. Vous pouvez avoir l’impression de voyager vers une date antérieure à la date où vous vivez habituellement, mais cela reste votre futur, et le futur ne peut pas influencer le passé. La subtilité est très importante.

La vie est présente sous plusieurs forment différente dans l’univers et elle a un très fort instinct de survie. Elle trouvera souvent un moyen d’éliminer ce qui la menace.

La vie dite intelligente est beaucoup plus rare, mais n’a pas plus de valeur que les autres types de vie. C’est l’erreur majeure de toutes les civilisations perdues et c’est ce qui a mis en péril la civilisation shamani. Par contre, tous les systèmes abritant des formes de vie intelligente sont reliés entre eux d’une manière ou d’une autre, que ce soit dans l’espace, le temps ou de toute autre façon. Ils sont donc théoriquement tous accessibles.

Toute vie est auto-suffisante. Elle n’a pas besoin d’outils ou de technologie pour évoluer. L’évolution ne se fait que physiquement, mentalement et spirituellement. L’évolution technologique n’est qu’un leurre.

Le bien et le mal n’existent pas. Ce ne sont que des points de vue opposés qui se valent aussi bien l’un que l’autre.

Nous n’avons encore jamais résolu le mystère de la vie après la mort.

Voilà, l’histoire shamani peut maintenant commencé. Ce que vous lirez n’est qu’une suite d’événements ponctuels. Vous en tirerez vos propres conclusions.

L’apogée
L’histoire commence alors que la civilisation shamani est à son apogée technologique. Cela fait déjà plusieurs millénaires que la race existe. Tout dans la vie des shamanis est basé sur la technologie. La manière de se nourrir, de se loger, de se vêtir, de se détendre etc.. Rien de ce qu’ils utilisent n’est naturel. Tout a été transformé plusieurs fois, emballé, transporté puis consommé. Ils ne pouvaient plus rien faire sans technologie. Vous auriez placé un shamani dans un champ rempli de fruits et de légumes qu’il serait mort de faim ne sachant quoi manger. Cet technologie avait du bon : l’espérance de vie était très grande, les gens étaient hautement cultivés et instruits, la science atteignait des niveaux inégalés, mais le cœur de chacun était vide. L’individualité régnait et personne n’était heureux. Les ressources naturelles étaient de plus en plus rares et la pollution avait déjà exterminé plusieurs espèces animales. La planète envoyait des avertissements toujours plus retentissants, mais personne n’écoutait. La seule chance de survie de Vidako était d’éliminer complètement la menace shamani. L’heure de l’apocalypse avait sonné.

La menace invisible
Comme les ouragans, tremblements de terre, volcans et inondations ne suffisaient pas, Vidako a dû prendre les grands moyens pour l’exploitation débridée de ses ressources naturelles par les shamanis. Elle a créé une race anti-technologie : les alkios. Les alkios naissent dans les arbres et ont un pouvoir de camouflage extraordinaire. Ils émettent aussi un champ magnétique qui empêche tout élément technologique de fonctionner lorsqu’ils se tiennent à proximité. Cette nouvelle race a donc commencé à s’infiltrer dans les villes shamanis et à saboter leurs installations. Malheureusement ca ne suffisait pas.

La fin
Devant l’entêtement des shamanis à détruire la planète, les alkios ont pris une nouvelle approche. Ils ont réussi à causer un accident magnéto-nucléaire en sabotant seulement quelques installations shamanis. Cet accident déclencha une série d’erreurs de fonctionnement et d’explosions toutes plus importante les unes que les autres. Les gaz et poussières expulsés dans l’air par ses explosions déclenchèrent un hiver permanent sur Vidako. La température chuta dramatiquement et la plupart des organismes vivants sont morts dans les années qui ont suivi. C’était la fin de la civilisation shamani, et le début d’une nouvelle vie pour Vidako.

Résurrection
Miraculeusement, quelques shamanis ont réussi à survire en se réfugiant dans des cavernes sous les monts appelés aujourd’hui les monts du tonnerre. Ces survivants ont appris à se débrouiller sans aucune technologie puisqu’ils avaient tout perdu. Ils se sont adaptés à la vie souterraine et au fil des millénaires, ils ont développé des aptitudes physiques et spirituelles étonnantes. Ils ont compris le message envoyé par Vidako et les alkios et se sont fait les protecteurs de la planète et les destructeurs des technologies.

Nouvelle évolution
Bientôt, deux nouvelles races de créatures intelligentes sont apparues sur Vidako : les liskos et les samakos. Ces deux races ont évolué rapidement. Les shamanis les observaient toujours de loin et se mêlaient même à eux grâce à leur nouvelle aptitude de changement d’apparence. Le jour où les liskos ont construit leur première embarcation capable de naviguer, les shamanis ont décidé que cela en était assez. L’évolution technologique de ces deux races en resterait là, elle ne devait pas dépasser ce stade.

Esclavage
Grâce à des techniques de manipulation subtiles, les shamanis ont réussi à déclencher une guerre entre les deux races. Toujours sous l’influence des shamanis, les samakos ont remporté cette guerre et réduit les liskos à l’esclavage. Ceci dura pour un temps, mais les samakos étaient plus difficile à berner que prévu. Leur soif de savoir les poussait vers de nouvelles découvertes. Le plan des shamanis ne fonctionnait pas.

Rébellion
Comme ca ne fonctionnait pas avec les samakos, les shamanis se sont alliés avec les liskos, toujours sous le couvert du changement d’apparence. Ils ont enseigné l’art du combat à un liskos prometteur : Asirekor Etaekor. Sous ses ordres, les liskos se sont affranchis des samakos et les ont même chassés du continent central. La population lisko s’est accrue petit à petit et plusieurs tribus se sont formées. Un shamani était présent dans presque chacune d’entre elle, occupant le poste de grand prêtre.

Le passé revient
Les samakos avaient réussi à survivre sur les îles entourant le continent central, si bien que leur évolution technologique reprenait du terrain. C’est alors que le grand prêtre lisko Gwyk Kaleg eu une vision. Il fallait exterminer les samakos une fois pour toute. Évidemment Gwyk Kaleg était un shamani ayant pris l’apparence d’un lisko. Il a réuni les tribus liskos et fait construire d’immense radeau pour partir à la conquête des îles. L’invasion se déroulait parfaitement et les samakos mourraient par millier jusqu’à ce que Gwyk Kaleg arrive sur l’île qui porte maintenant le nom d’île morte. Dans leur fuite sur cette île, les samakos ont mis la main sur d’anciennes armes shamanis qui avaient survécues à l’érosion du temps. Quand ils les ont utilisés, une explosion énorme eu lieu. Gwyk Kaleg et des milliers de samakos et de liskos sont morts suite à cette explosion. Les liskos sont retournés sur la terre centrale et les quelques centaines de samakos toujours en vie sont restés sur les îles.

Le retrait
Suite à cet incident, les shamanis ont décidé de se retiré des postes de grand prêtres liskos. Ils sont tous retournés dans les terres du tonnerre. La guerre a éclaté parmi ce peuple laissé sans guide. L’explosion avait suffit à faire craindre les avancements technologiques à ces deux peuples qui sont restés à l’âge du fer. Pendant les centaines d’années qui ont suivi, Vidako a été en parfait équilibre.

Les humains
Cet équilibre s’est brisé à l’arrivée des humains, avec leurs vaisseaux spatiaux, leur électricité et leur communication radio. Bien que les humains soit bien moins avancés technologiquement que ne l’était les shamanis à leur apogée, ils restent la plus grand menace depuis des millénaires pour Vidako. Les liskos se sont même liés d’amitié avec eux et les ont aidés à survivre. Heureusement quelques shamanis ont repris leur place de grand prêtre et d’autres se sont même infiltrer dans la ville humaine pour faire en sorte qu’une guerre éclate entre les humains et les liskos. Les humains sont sous contrôle pour le moment, mais ils ont l’aide des samakos et plusieurs shamanis refusent toujours de s’impliquer dans le combat contre la technologie humaine. Rien n’est encore gagné.